Conquer the world with the right lipstick!

Give a woman the right lipstick and she can conquer the world’

 

Fine et élégante comme Greta Garbo, pleine et rouge comme Marilyn Monroe, très prononcée comme Pamela Anderson ou maxi comme Kylie Jenner. Toutes ces stars ont une chose en commun. Elles ont une bouche et un rouge à lèvres parfaits.

Nos lèvres font la paire. On en a besoin pour goûter et pour embrasser, pour faire nos selfies duck face et on aime les mettre en valeur. Pas étonnant que le rouge à lèvres est le produit cosmétique le plus vendu au monde. 87% des femmes en met régulièrement. Mais nos lèvres sont ultrasensibles et vulnérables et tous les rouges à lèvres ne sont pas toujours tendres pour la bouche.

  

Les lèvres, c’est quoi exactement ?

La peau des lèvres est très fine et n’est pas aussi résistante que le reste de la peau. Les lèvres n’ont pas de glandes sudoripares  et le film hydrolipidique n’est pas développé. Le « rouge » des lèvres n’est pas pigmenté ; en fait, une lèvre est transparente. La couleur rouge provient des veines dans la lèvre.

Saviez-vous que seul l’humain a un contour très prononcé là où la lèvre s’arrête.

   

Pour moi une salade niçoise et une vinaigrette fuchsia

Le rouge à lèvres, vous le mangez ! Une grande partie des ingrédients sont absorbés par la peau très fine. Vous savez ce qu’il y a dans une Salade niçoise, mais savez-vous ce que contient un rouge à lèvres ? 

La FDA (Food and drug administration USA) a fait une étude sur la présence de matières toxiques dans 400 rouges à lèvres. Le résultat est étonnant. Tous les rouges à lèvres contenaient du plomb, souvent à cause de l’utilisation de colorants synthétiques (FD&C en D&C). Même quand il s’agit de quantités minimes, il faut toujours tenir compte du fait que le corps stocke le plomb et ne l’évacue pas.

Une autre équipe de scientifiques au Canada (Ontario) a découvert que 48 marques de cosmétiques décoratifs contenaient des traces de pétrole, d’arsène, de cadmium, de nickel et de plomb. Il y a de quoi être choqué. 

Mais heureusement il y a des alternatives ! Les marques cosmétiques du futur sont écologiques et “propres”. Une marque écologique est une marque cosmétique à 100% naturelle, alors qu’une marque « propre » comme jane iredale, développe des produits purs et sûrs, tant en matière de production qu’en matière d’ingrédients. jane iredale n’utilise pas de colorants synthétiques et est testé exhaustivement sur la présence de métaux lourds. jane iredale ajoute des vitamines et des antioxidants à ses rouges à lèvres, ce qui fait qu’ils sont sains et agréables pour les lèvres.

Saviez-vous qu’un femme qui utilise un rouge à lèvres tous les jours et en mange 3 kilos dans sa vie.

Healthy fushia dressing : PureMoist Lucy of PureGloss Sugar Plum.

  

Fleurs fanées

Ouvrez votre tiroir, videz votre trousse de toilette et rassemblez tous vos rouges à lèvres. Vous en voyez combien ? 5, 10 ou plus encore ? Vous les avez depuis quand ? Saviez-vous qu’ils ont une date de péremption. Ils sont sensibles aux bactéries et aux mycoses et 12 mois après ouverture, ils ne méritent qu’une place: la poubelle.

Saviez-vous que des études ont prouvées que les testeurs de maquillage dans les magasins sont infectés de bactéries (E. coli, staphylocoques et streptocoques). N’appliquez jamais du rouge à lèvres en direct du testeur sur vos lèvres.

  

Prenez-en soin !

Evitez tout ce qui est nocif et donnez à vos lèvres l’amour dont ils ont besoin.

Comme une lèvre ne peut pas transpirer en n’a pas de couche de protection, nous devons l’hydrater. Faites-le avec un baume mais un sans dérivés de pétrole. Un baume à base d’huiles et de graisses naturelles contenant de l’oxyde de titane comme SPF, comme le LipDrink Baume à Lèvres, est un vrai régal pour les lèvres. Vous avez des petites peau qui vous ennuient ? Soignez vos lèvres une fois par semaine avec le scrub sucré organique tout doux Sugar & Butter.

 

Vous savez ce que vous mangez et aussi ce que vous mettez. Soignez vos lèvres et dorlotez-les avec une couleur saine.

Bon appétit.

 

réactions

Réagissez à cet article

Ajouter un commentaire